Hymne à nos facteurs et longue vie au courrier postal !

Dans sa tenue bleue et jaune, sur son vélo grinçant, il s’efface peu à peu. Il continue à passer au milieu de nos vies mais plus personne ne le regarde, plus personne ne l’espère et sa charge se réduit.

Dans ses longues soirées il regrette le temps où sa venue réveillait le quartier et faisait accourir les enfants. Ce temps est fini. Finies les déclarations enflammées et les tristes aveux. Finis les souvenirs émus sur un papier froissé. Finies les vies suspendues à un timbre... La morne routine a grippé ses journées et l’administration s’est emparée du vide laissé par le numérique.

Pourtant, parfois, au milieu des factures et des publicités se glisse le souvenir ténu d’un passé encore proche. Le postier sent la lourdeur inhabituelle de cette enveloppe colorée. Alors reviennent les souvenirs, l’excitation d’autrefois. De sa main tremblante il glisse le courrier bleu dans la boite aux lettres et, joyeux, le sourire discret mais présent, il peut sereinement continuer sa tournée.