L’air pur de la montagne bercait notre petit bébé



IMG_E6044.jpg

Picintouch est une start’up au service des familles et du lien inter-générationnel.
La vie est une aventure et chaque semaine nous partageons celles de nos clients.
Pour partager vos aventures à un proche c’est
ici
Pour être publié, écrivez-nous à bonjour@picintouch.com
Bonne lecture !




Nous sommes installés depuis quelques mois à Annecy et nous sommes encore portés par cette énergie débordante de la nouveauté et l’envie de tout découvrir de cet environnement exceptionnel. Notre syndrome de la bougeotte s’était pourtant un peu calmé depuis la naissance il y a 6 semaines de notre petite Ysalis mais l’envie d’aller crapahuter recommence à nous démanger les godillots.




C’est une belle journée d’automne en ce 25 octobre, il ne fait pas encore froid dans les Alpes. Le matin, nous ouvrons notre appli fétiche qui répertorie les balades autour de soi et les trie par difficulté, longueur, distance, dénivelée, moyen de transport (à pieds, à vélo, en raquette, à ski…) et un peu comme on ferait tourner une mappemonde pour choisir sa destination de voyage. Nous nous arrêtons sur une balade de difficulté « moyenne », 500m de dénivelée et moins de 3h de marche. Parfait pour une remise en jambes en douceur.






500m de dénivelée et moins de 3h de marche. Parfait pour une remise en jambes en douceur.


Comme tous parents désorganisés qui se respectent, au lieu de partir à 13h30, nous n’arrivons à décoller qu’à 15h. Arrivés au chalet de l’Aulp d’où part la balade, la demoiselle manifeste sa faim : avant même de partir nous sommes déjà arrêtés… et me voilà assise sur le coffre de la voiture à donner le sein à ma fille.

20 minutes plus tard, repue, la chérie s’endort sur moi dans l’écharpe et nous nous engageons sur le sentier. Je bénis le ciel d’avoir donné naissance à un poids plume qui me permet de randonner en la portant sans me casser le dos. 


Cette balade qui mène au Lanfonnet et à la Roche Murraz est sublime : des vues imprenables et vertigineuses sur le lac, des traversées successives d’alpages et de pinèdes, des bergeries et petits chalets d’altitude et, pour finir, une paroi abrupte qui donne l’impression d’être au sommet du monde (oui juste ça… en réalité on est à 1750m d’altitude mais peu importe !). L’air pur de la montagne berce notre petit bébé et on ne l’entend pas de toute la montée. 



IMG_E6053.jpg

L’air pur de la montagne berce notre petit bébé et on ne l’entend pas de toute la montée.

Amélie Lefèvre.


 En haut, un besoin urgent de changement de couche se fait sentir, et cet instant magique où notre fille s’est retrouvée les fesses à l’air au bord du gouffre, face au massif des Bauges et surplombant le mythique lac d’Annecy restera à tout jamais gravé dans nos mémoires. En particulier le fou rire qui a accompagné ce moment et la satisfaction d’un travail d’équipe bien géré, presque chirurgical : lingette… couche…habits… bistouri… ah non ça c’est en trop.

Le retour s’effectue par le même chemin. Changement de porteur, avec la lourde tâche de ne pas glisser sur les pierres à la descente. Il vaut mieux éviter de tomber quand on a 3kg de bébé dans les bras. 

L’avantage d’être partis en retard c’est que nous avons le droit à de sublimes lumières et couleurs orangées d’une fin de journée d’automne, au coucher de soleil sur les nuages et à une brume énigmatique. 

IMG_2002.jpg



L’inconvénient c’est que nous finissons la balade dans une obscurité peu rassurante. Tous les chemins menant au chalet de l’Aulp, nous retrouvons la voiture là où nous l’avions laissée, avec des étoiles plein les yeux, et une petite fille revigorée par l’air pur de nos belles montagnes savoyardes.




A emporter  pour une petite balade montagnarde (ou pas) d’une ½ journée:`

L’essentiel, juste l’essentiel ! 

  • 1 ou 2 couches de rechange,

  • des lingettes, 

  • un petit sac étanche pour remporter ces petits cadeaux de la nature , 

  • une écharpe de portage ou porte-bébé

  • de quoi couvrir votre bébé (la température baisse avec l’altitude et on peut vite se faire surprendre par le froid, même en plein été lorsqu’il fait 25°C au point de départ)

  • de quoi nourrir le bébé si non nourri au sein (la notre a été exemplaire en ayant faim avant et après uniquement mais c’était peut-être un gros coup de bol)

  • un topo, une carte, ou son téléphone avec suffisamment de batterie pour pouvoir se géolocaliser via Google Maps ou, encore mieux,  l’application Visorando qui permet visualiser le tracé de la balade en plus de la géolocalisation.

IMG_6066.jpg